Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Permalien Pin it!

Vandalisme terrassant au funiculaire

Le patrimoine bisontin vient une nouvelle fois de subir une attaque sauvage. Récemment, le Funiculaire de Bregille a été victime d’un vandalisme inqualifiable. Souvenez vous, le petit train qu'on prenait étant enfants, pour aller admirer le panorama de notre belle cité depuis le fort Beauregard.
A tous les curieux, voici un petit itinéraire pour vos promenades dominicales : montez à pied le sentier de l’Aiguille (oui, ça grimpe…), jusqu’à la station-terminus de la ligne.
Voici le spectacle qui vous y attend : il semblerait que cette station soit en train de se reconvertir en terrasse (non, vous ne rêvez pas !). Au passage, ce qui restait des encadrements de fenêtres, sur le côté, a été démonté (scié ou arraché…) et soigneusement déposé à même le sol.
On ne compte plus d’ailleurs les nombreuses dégradations subies par le Funiculaire ces derniers temps : herbes folles qui poussent sur la voie dès le printemps, rails goudronnés du côté de l’ancien passage à niveau, sans parler des voitures elles mêmes, exposées aux intempéries durant des années le long de la voie ferrée à Montrapon (derrière la carrosserie Ligier)…
Pour la petite histoire, rappelons que le Funiculaire de Bregille, inauguré en 1912, avait été construit dans le prolongement de la station thermale de la Mouillère (et des Salins de Bregille). Il était destiné entre autres destiné à transporter curistes et promeneurs, et fut définitivement fermé en 1987.
Qu’attendent donc nos élus locaux pour arrêter ce massacre ? Une partie de notre Histoire s’envole en fumée sans que personne ne s’en préoccupe ? C’est à nous, Bisontins, qu’il appartient de réagir en nous prononçant en faveur de sa réhabilitation.
Il en avait d’ailleurs été question il y a 4 ou 5 ans, lors de campagnes électorales… Depuis, silence radio. Eh oui, ce Funiculaire n’est plus rentable, voilà le problème… Mais le patrimoine historique ne doit-il pas être placé au dessus de tout souci de rentabilité ?
Ce Funiculaire ne mériterait-t-il pas d’entrer dans le 21ème siècle comme témoin du passé thermal de Besançon? Ne nous sommes-nous pas montrés suffisamment négligents par le passé envers les édifices de la Belle Epoque (gare de la Mouillère, établissement des Bains…) ?
A l’heure où l’on construit des rocades et des cinémas dont les surcoûts et les retards de livraison s’accumulent démesurément, à l’heure où la municipalité rêve de voir Besançon inscrite au patrimoine mondial de l’humanité, le délabrement du Funiculaire vient noircir le tableau presque idyllique d’une ville qui fait tout pour mettre en valeur ses monuments et attirer les touristes…
Les touristes, parlons-en. Le Funiculaire ne présente-t-il pas un intérêt pour les promenades touristiques ? Son côté kitch plairait à coup sûr. Ne pourrait-il pas trouver une place, par exemple, en complémentarité du petit train de la Citadelle qui ferait un détour par la rue des Fontenottes et ses maisons rococo, puis par les jardins du casino ? Sans être un édifice majeur de la Belle Epoque, ce Funiculaire dispose d'un charme incontestable...
Si l’on veut être efficace et cohérent, il s’agit avant tout de s’organiser en tentant de faire classer le Funiculaire comme Monument Historique. Sa préservation serait alors assurée.
Une fois de plus, c’est à nous, Bisontines Bisontins, mais aussi à tous les passionnés de monuments et de patrimoine, qu’il appartient d’intervenir en manifestant notre désir et notre enthousiasme de voir enfin ce témoin de notre passé resurgir de l’oubli, avant qu’il ne disparaisse irrémédiablement, ce qui ne saurait tarder.
Demain, il sera peut-être trop tard….

Les commentaires sont fermés.