Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Permalien Pin it!

Comment rejoindre l'AFB?

Pour rejoindre notre Association, rien de plus simple ! Vous pouvez télécharger la plaquette en ligne ci-dessous, et nous retourner le bulletin d'adhésion par courrier, accompagné de votre règlement : 

Télécharger la plaquette et le bulletin d'adhésion

Vous pouvez également régler votre cotisation en ligne via le bouton ci-dessous (paiement via PayPal). N'oubliez pas de nous préciser vos coordonnées : 

  

Envie de devenir membre actif de l'association?

Notre association est en permanence à la recherche de membres actifs souhaitant s'investir dans la sauvegarde et la renaissance du Funiculaire de Bregille. Vous pouvez prendre contact avec nous par mail, via notre page Facebook ou par téléphone au 06 17 30 86 12.

Merci de votre soutien !

Commentaires

  • Bonjour de la Suisse,

    j'ai une question: J'ai le dernière dimanche visiter Besançon et la jolie funiculaire. J'ai pas vue le wagon numéro 1. Il existe encore? Quand oui, il se trouve ou? J'aimerai bien de la voire et faire quelques Fotos pour ma collection. C'est possible?

    Salutations, Mons. Cyrill Seifert

  • Bonjour, je vous informe que la voiture n°1 existe toujours, elle est stockée dans un hangar de la ville de Besançon, à environ 15 km de la ville. Il n’est malheureusement pas possible de la visiter actuellement.
    Je reste à votre disposition pour toute information complémentaire.
    A. Jury, Président de l'AFB

  • Chers Bregillots du Haut et du Bas, du Villege et du Plateau,
    Né comme mes 3 frères et soeurs au 37 de la rue du uni puis ayant habité au 40 je suis très ému de retrouver tant de souvenirs d'enfance (après guerre, j'ai fait mon CP dans les locaux même du funi, juste derrière la machinerie menée par le père Ram' ( je n'ai jamais vu son nom écrit... ). Que de jeux et farces innocentes avec les mômes du quartier, que de joies, parce que de "rue", et réduites à l'essentiel! Mais, foin de la nostalgie : c'était un vrai service public! Les gens du "Prévent" , ceux qui scolaires ou salariés descendaient travailler et surtout remontaient! Car la côte est rude. Beaucoup bénissaient ce funi, femmes enceintes ou au foyer allant aux courses, vieux, handicapés, touristes, flâneurs ou amoureux....Que de fatigues évitées, un véritable outil de désenclavement aussi. Où en êtes-vous chers amis? Peut-être s'en trouvera-t-il parmi vous un ou plus qui aura emprunté ce funi avec moi, ma soeur ou l'un de mes frères et qui se souviennent...
    Jean-Marie Janod, né en 1942

  • Chers Bregillots du Haut et du Bas, du Villege et du Plateau,
    Né comme mes 3 frères et soeurs au 37 de la rue du uni puis ayant habité au 40 je suis très ému de retrouver tant de souvenirs d'enfance (après guerre, j'ai fait mon CP dans les locaux même du funi, juste derrière la machinerie menée par le père Ram' ( je n'ai jamais vu son nom écrit... ). Que de jeux et farces innocentes avec les mômes du quartier, que de joies, parce que de "rue", et réduites à l'essentiel! Mais, foin de la nostalgie : c'était un vrai service public! Les gens du "Prévent" , ceux qui scolaires ou salariés descendaient travailler et surtout remontaient! Car la côte est rude. Beaucoup bénissaient ce funi, femmes enceintes ou au foyer allant aux courses, vieux, handicapés, touristes, flâneurs ou amoureux....Que de fatigues évitées, un véritable outil de désenclavement aussi. Où en êtes-vous chers amis? Peut-être s'en trouvera-t-il parmi vous un ou plus qui aura emprunté ce funi avec moi, ma soeur ou l'un de mes frères et qui se souviennent...
    Jean-Marie Janod, né en 1942

  • Chers Bregillots du Haut et du Bas, du Villege et du Plateau,
    Né comme mes 3 frères et soeurs au 37 de la rue du uni puis ayant habité au 40 je suis très ému de retrouver tant de souvenirs d'enfance (après guerre, j'ai fait mon CP dans les locaux même du funi, juste derrière la machinerie menée par le père Ram' ( je n'ai jamais vu son nom écrit... ). Que de jeux et farces innocentes avec les mômes du quartier, que de joies, parce que de "rue", et réduites à l'essentiel! Mais, foin de la nostalgie : c'était un vrai service public! Les gens du "Prévent" , ceux qui scolaires ou salariés descendaient travailler et surtout remontaient! Car la côte est rude. Beaucoup bénissaient ce funi, femmes enceintes ou au foyer allant aux courses, vieux, handicapés, touristes, flâneurs ou amoureux....Que de fatigues évitées, un véritable outil de désenclavement aussi. Où en êtes-vous chers amis? Peut-être s'en trouvera-t-il parmi vous un ou plus qui aura emprunté ce funi avec moi, ma soeur ou l'un de mes frères et qui se souviennent...
    Jean-Marie Janod, né en 1942

  • Chers Bregillots du Haut et du Bas, du Villege et du Plateau,
    Né comme mes 3 frères et soeurs au 37 de la rue du uni puis ayant habité au 40 je suis très ému de retrouver tant de souvenirs d'enfance (après guerre, j'ai fait mon CP dans les locaux même du funi, juste derrière la machinerie menée par le père Ram' ( je n'ai jamais vu son nom écrit... ). Que de jeux et farces innocentes avec les mômes du quartier, que de joies, parce que de "rue", et réduites à l'essentiel! Mais, foin de la nostalgie : c'était un vrai service public! Les gens du "Prévent" , ceux qui scolaires ou salariés descendaient travailler et surtout remontaient! Car la côte est rude. Beaucoup bénissaient ce funi, femmes enceintes ou au foyer allant aux courses, vieux, handicapés, touristes, flâneurs ou amoureux....Que de fatigues évitées, un véritable outil de désenclavement aussi. Où en êtes-vous chers amis? Peut-être s'en trouvera-t-il parmi vous un ou plus qui aura emprunté ce funi avec moi, ma soeur ou l'un de mes frères et qui se souviennent...
    Jean-Marie Janod, né en 1942

Les commentaires sont fermés.