Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Permalien Pin it!

    Le deuxième projet (1905-1908)

    Emile Picard est un homme tenace, il a le verbe puissant, et ne se laisse pas facilement décourager. Il revient donc à la charge trois années plus tard avec un nouveau projet, beaucoup plus ambitieux, un rien démesuré, peut-être. Il annonce ce projet par un courrier à la mairie le 17 juin 1905. Il s'agit d'un train à crémaillère à traction électrique, et non plus d'un funiculaire hydraulique.

    Par ailleurs, le projet présenté trois ans auparavant se trouve profondément remanié. De 287 mètres, la longueur de la ligne passe à... 762 mètres, le train terminant désormais sa course à proximité de l'école communale de Bregille, en empruntant le chemin des Monts de Bregille du Haut. Picard ne tarde pas à relancer la municipalité sur la déclaration d'utilité publique.

    Mais l'affaire traîne une fois de plus, et l'on ne compte plus le nombre de relances adressées à ce sujet. De plus, il semble que les coûts de construction de ce nouveau projet aient été, à juste titre, jugés trop importants, compte tenu de son utilité réelle.

    Bref, celui que l'on peut désormais nommer le "projet n°2" sombrera également dans l'oubli, cédant la place à un projet plus raisonnable. Notons cependant un courrier de monsieur Picard daté du 2 mars 1906, dans lequel il indique qu'il accepte la subvention accordée par la mairie. Ceci témoigne d'un certain état d'avancement du dossier.

    Mais la desserte du chemin des Monts de Bregille n'était pas indispensable dans l'immédiat: d'abord, la côte était beaucoup moins prononcée sur cette partie du parcours, ensuite, ce tracé obligeait à créer un léger virage, à l'emplacement de l'actuelle gare supérieure.

    (Ci dessus : le plan de la ligne. On y voit très nettement le virage, sur la deuxième partie du parcours)