Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'histoire du Funiculaire - Page 29

  • Permalien Pin it!

    Témoignages

    Voici quelques témoignages recueillis récemment sur le Funiculaire:

    "Ayant passé toute mon enfance rue Emile Picard, j'ai utilisé quotidiennement le Funiculaire pendant des années... Je me souviens de nos courses effrenées pour "attraper" le dernier à 19h30, et que régulièrement je voyais partir, alors que je passais le passage à niveau... Et ensuite, à moi le raide chemin de l'Aiguille, qui m'a permis d'avoir de bons mollets dans la vie!

    Pratiquant ensuite du tennis à Trépillot (des distances qui feraient peur aux jeunes d'aujourd'hui) j'y allais en vélo en appréceiant de pouvoir remonter à Bregille en Funi..."

     

    "Mamie de 72 ans, je me rappelle souvent du bonheur de mes cousins et cousines, parisiens et lyonnais, quand nous le prenions pour amorcer nos "crapahutages" à travers la colline de Bregille..."

     

    "J'ai vécu toute ma jeunesse rue du Funiculaire et passais pratiquement tous mes jeudis à descendre les escaliers -en glissant sur les barres- en remontant par le Funi puisque celui-ci était géré par pépé et mémé Rahn, qui était lui mécanicien, et elle, wattman.

    J'ai vécu le bombardement du croisement (id est, l'évietement central), il y avait eu plusieurs morts..."

     

    "Son bon fonctionnement était assuré par un mécanicien, logé sur place, monsieur Rahn, et par deux wattmen: le père Brézard et le père Vuillemin. Le père Brézard était coiffé, été comme hiver, d'un chapeau de pêcheur à  la ligne, en jons tressés, alors que le père Vuillemin portait tout aussi régulièrement, d'un bout de l'année à l'autre, un feutre noir et une tenue sombre qui lui conféraient un air de gravité impressionnant. Il était, au demeurant, d'une parfaite courtoisie, mais le père Brézard était plus amène. Chacun d'eux bénéficiait d'une journée de repos hebdomadaire!

    Ces jours-là, Madame Rahn, vêtue d'un sarrau de lustrine noir, le chef surmonté d'un calot bleu-marine, en équilibre instable sur un chignon chancelant, assurait le remplacement. Elle avait, à mes yeux d'enfant, un gros défaut: entre chaque voyage, elle prisait! Et ce geste de porter à ses narines, avec le dos de sa main, le noir tabac à priser me dégoûtait un peu. Mais, par ailleurs, elle était si lamentable et si bonne! Elle nourrissait, soignait tous les chats errants. La maison du Funi était une sorte de refuge de la SPA et il y flottait toujours une odeur de pipi de chat...

    A 11h45, tous les jours de la semaine, le boulanger de la rue de la Liberté (un alsacien à l'accent de terroir!) montait par le Funi avec une charrette emplie de belles miches dorées. Il s'installait devant la porte et chacun, revenant de son travail, pouvait emporter son poids de pain encore tiède. Je dis bien "son poids" car il n'aurait pas imaginé vendre ses miches avec un déficit de quelques grammes. Il les pesait et rajoutait, quand elles s'avéraient plus légères, le morceau de pain qui rétablissait l'équilibre sur le plateau de la balance. Ce morceau s'appelait d'ailleurs "la b'sée"...

     

    "Quand j'étais petite, mes grand-parents habitaient bregille et avec mon grand-père nous prenions souvent le Funiculaire car il n'avait pas de voiture et à chaque fois, c'était pour moi une grande aventure !!!"

     

    "Je me souviens, habitant au "parc à fourrages" avenue de Fontaine Argent, des multiples fois où j'ai pris le Funiculaire pour me rendre au premier plateau de Bregille, mais surtout au deuxième pour fumer de la "fumerotte" ou pour faire de la luge..."

    N'hésitez pas à enrichir cette rubrique...

  • Permalien Pin it!

    Nouvel appel à témoins

    Cette note a été publiée pour la première fois le 14 mars 2005. A cette époque, l'asssociation n'était encore qu'un vague projet confidentiel. L'association étant désormais plus connue, nous renouvelons notre appel à témoins en espérant que cette rubrique suscitera plus d'intérêt.

    Pour voir votre témoignage figurer dans cette rubrique, il vous suffit, soit de nous laisser un commentaire ci-dessous, soit de nous communiquer votre témoignage par mail (funibregille@yahoo.com) ou encore par courrier. Lorsque le nombre de témoignages sera suffisant, nous constituerons une rubrique à part entière.

     

    Par ailleurs, nous travaillons actuellement sur la réalisation d'un reportage télévisé, nous recherchons donc:

    • des personnes qui pourraient témoigner devant une caméra
    • des photos d'époque du Funiculaire quelles qu'elles soient
    • des films d'époque montrant le Funiculaire en fonctionnement (Vidéo, Super 8, 8mm...)

    Merci d'avance

  • Permalien Pin it!

    Le deuxième projet (1905-1908)

    Emile Picard est un homme tenace, il a le verbe puissant, et ne se laisse pas facilement décourager. Il revient donc à la charge trois années plus tard avec un nouveau projet, beaucoup plus ambitieux, un rien démesuré, peut-être. Il annonce ce projet par un courrier à la mairie le 17 juin 1905. Il s'agit d'un train à crémaillère à traction électrique, et non plus d'un funiculaire hydraulique.

    Par ailleurs, le projet présenté trois ans auparavant se trouve profondément remanié. De 287 mètres, la longueur de la ligne passe à... 762 mètres, le train terminant désormais sa course à proximité de l'école communale de Bregille, en empruntant le chemin des Monts de Bregille du Haut. Picard ne tarde pas à relancer la municipalité sur la déclaration d'utilité publique.

    Mais l'affaire traîne une fois de plus, et l'on ne compte plus le nombre de relances adressées à ce sujet. De plus, il semble que les coûts de construction de ce nouveau projet aient été, à juste titre, jugés trop importants, compte tenu de son utilité réelle.

    Bref, celui que l'on peut désormais nommer le "projet n°2" sombrera également dans l'oubli, cédant la place à un projet plus raisonnable. Notons cependant un courrier de monsieur Picard daté du 2 mars 1906, dans lequel il indique qu'il accepte la subvention accordée par la mairie. Ceci témoigne d'un certain état d'avancement du dossier.

    Mais la desserte du chemin des Monts de Bregille n'était pas indispensable dans l'immédiat: d'abord, la côte était beaucoup moins prononcée sur cette partie du parcours, ensuite, ce tracé obligeait à créer un léger virage, à l'emplacement de l'actuelle gare supérieure.

    (Ci dessus : le plan de la ligne. On y voit très nettement le virage, sur la deuxième partie du parcours)